Nouvelles du Libre

Hadoop : Pentaho Business Analytics certifié sur Cloudera 5

Toolinux - lun, 07/04/2014 - 23:00

Pentaho annonce la certification de Pentaho Business Analytics sur Cloudera 5, plateforme de données unifiée de Cloudera.

- Logiciels
Catégories: Nouvelles du Libre

AlbatrOS prend son envol

Linuxfr - lun, 07/04/2014 - 20:42

Dibab est un outil initialement écrit par Yann Le Doaré pour faciliter le développement de LinuxConsole 2.0, une distribution indépendante qui sert à transformer d’anciens ordinateurs en consoles de jeu (référencée sur Distrowatch depuis 2004).

Parallèlement à LinuxConsole, Dibab s’est étoffé pour produire différents CD vif (live-CD) et Live-USB optimisés pour les configurations modestes, mais qui contient des logiciels récents, qui ne sont pas forcément des jeux (LibreOffice, GIMP…).

C’est cette image ISO, baptisée récemment AlbatrOS 2.1, que présente cette dépêche. AlbatrOS est le nouveau nom de la distribution de base.

Sommaire AlbatrOS vs Dibab

Créé et maintenu originellement par Yann Le Doaré, l’outil Dibab a permis de fédérer cette année un collectif, qui a souhaité explorer les possibilités modulaires et la légèreté de cet outil afin de produire diverses sous‐distributions. Dibab a donc été amélioré pour pouvoir générer des CD amorçables différents, suivant l’utilisation choisie.

Dans le cadre de l’association LanPower, Patrice a participé au projet visant à produire LinuxConsole 2.0, qui est sorti au mois de décembre 2013. Outre les outils de base permettant une gestion de l’ordinateur, la majeure partie du CD est centrée sur les jeux libres, avec notamment Super TuxKart, Foobillard, 2h4u et Danger Deep.
Malgré tout le soin pris pour réaliser cette version et sa mise en ligne, nous avons eu assez peu de retour sur son utilisation.

Par ailleurs, un dérivé orienté multimedia est mis au point en association avec Clément Berard, qui s’occupe de l’intégration de XBMC sur la base AlbatrOS. Le CD final devrait permettre de déployer un media center sur un ordinateur modeste, à l’instar d’autres distributions spécifiques (Openelec, GeexBox). Il n’y pas, actuellement, d’interface de jeux pour XBMC, mais cet ensemble média pourrait constituer dans le futur l’interface de LinuxConsole 3.

Un autre membre du collectif (Franck, dit l’Archeolog) a souhaité adapter Dibab pour une utilisation spécifique : une distribution typée Bureautique tournant sur un ordinateur modeste. Ce dérivé s’appelle Papyrus.
Si cette idée semblait dans un premier temps s’éloigner de l’objectif initial, le but reste, à terme, d’employer des ordinateurs anciens comme stations de travail. Les premiers essais permettent de faire tourner sur un ordinosaure de 2005 équipé d’1 Gio de RAM l’ensemble GIMP, Inkscape, LibreOffice, en toute fluidité (pour les ordinateurs d’avant 2003, il faudrait se rabattre sur une distribution de type Toutou Linux Retro ou Slitaz).

AlbatrOS, la distribution « mère »

Côté pratique, générer et tester des images ISO spécifiques à chaque usage, en intégrant des ensembles différents de logiciels, s’est vite révélé difficile à gérer.

Un nouveau mode de développement a donc été mis en place : avant de produire des sous‐distributions spécifiques (Papyrus, LinuxConsole, XBMC…), on génère les logiciels spécifiques à ces distributions, sous forme de paquets (simples à mettre à jour, contrairement à des ISO).

Le gestionnaire de paquets, basé sur opkg, doit permettre d’installer des programmes spécifiques.

L’installation de ces paquets supplémentaires est opérationnelle même en live CD, tant qu’il y a de la RAM disponible. Ceci est une des caractéristiques originales importantes d’AlbatrOS.

AlbatrOS n’est donc pas une distribution classique, mais s’inspire plutôt du modèle des systèmes d’exploitation pour smartphones : on n’a pas vraiment le choix pour le système de base (bureau LXDE), et l’on installe seulement des applications.

La base d’AlbatrOS permet un démarrage léger et très véloce, qui demande moins de 400 Mio de RAM. Cette base est, de plus, nativement multilingue : pour l’instant, trois langues sont disponibles au choix dès le démarrage (espagnol, français et anglais).

Les diverses images ISO sont installables sur une clé ou un disque USB, avec unetbootin.
On peut aussi installer le système « à côté » de Windows grâce à un wubi modifié.

Un fonctionnement simplifié
  • le système de fichiers global est simplifié au maximum :
    • noyau,
    • initramfs (avec BusyBox),
    • module drivers (fichiers _ko_) en SquashFS,
    • module firmwares (issus de firmware-nonfree de chez Debian) en SquashFS,
    • module x86, qui contient tous les programmes et bibliothèques « de base », en SquashFS également ;
  • bureau LXDE ;
  • gestionnaire réseau Networkmanager ;
  • gestionnaire de fichiers PCManFM ;
  • gestionnaire d’extensions par paquets opkg.
Modules spécifiques aux sous‐distributions

Chaque sous‐distribution contient un module (fichier squashfs) du nom de cette sous‐distribution :

  • pour LinuxConsole, ce module (linuxconsole-x86.squashfs) contient des jeux directement utilisables ;
  • pour Papyrus, le module papyrus-x86.squashfs contient des outils pour la bureautique.

La taille d’une image ISO de sous‐distribution est proche de 700 Mio, il est possible d’utiliser opkg pour installer d’autres programmes.

Nouveautés Dates de sortie

Nous essaierons de proposer une nouvelle ISO à chaque fois que le noyau aura changé de version majeure, en proposant la dernière version stable du noyau précédent. Par exemple : la version 2.1 utilise le noyau 3.13.8, qui est la dernière version de la branche 3.13 à la date où le noyau 3.14 est sorti.

Persistance de données

Les données utilisateur (programmes installés, préférences…) sont maintenant sauvegardées, quand on est mode live USB ou wubi.

NB : en mode live USB, il faut une clé USB au format ext(2,3,4), le format FAT32 ne gérant pas les liens symboliques.

Gestionnaire de paquets

La gestion de paquets se fait grâce à opkg. Le gestionnaire est un client GTK 2 pour opkg (opgk-gui).

Steam

Une version de Steam est installable, générée depuis https://github.com/GhostSquad57/Steam-Installer-for-Wheezy, dont la licence non libre inclut une clause assimilable à du NC, d’après http://metadata.ftp-master.debian.org/changelogs/non-free/s/steam/steam_1.0.0.45-1_copyright.

Google Chrome

On a maintenant le choix entre Google Chrome ou Firefox (28).

GTK+3

GTK+3 a été rajouté, pour ne pas être dépendant seulement de GTK+2.

LibQt

La bibliothèque Qt a, elle aussi, été intégrée.

Utiliser AlbatrOS 2.1

Dans tous les cas, il vous faudra télécharger l’ISO.

Mode liveusb
  • formater votre clé en ext(2,3,4) ;
  • télécharger unetbootin ;
  • installer l’ISO sur la clé avec cet outil.
Mode wubi
  • télécharger dibab.exe ;
  • déplacer cet exécutable dans le même dossier que l’ISO ;
  • le lancer.
Projets futurs Construire une version personnalisée

Une autre spécificité de Dibab est qu’il n’y a pas besoin d’être root pour lancer le build.
Les outils de développements « classiques » (gcc, make…) devront bien sûr être installés avant de commencer (voir le fichier configure).

Récupération du code source git clone git@bitbucket.org:yledoare/dibab.git Génération du fichier de configuration make config.ini Édition du fichier de configuration
  • Choix de la version du noyau
  • Choix de la version de BusyBox
Édition des paquets à compiler pour l’ISO (fichier SquashFS) vim packages/list-x86 Édition des paquets supplémentaires vim packages/list-opkg Lancement de la génération complète makeTélécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Catégories: Nouvelles du Libre

Appel à partenariat pour créer d'autres Petits hackers

Linuxfr - lun, 07/04/2014 - 13:39

Un appel à projet sur l’éducation populaire et la jeunesse autour du numérique vient d’être lancé. Et nous, à la Maison du libre (mld29.net), dans la dynamique des Fabriques du ponant (consortium fondé entre Les petits débrouillards Bretagne, La Maison du Libre et Telecom Bretagne), nous avons créé un club d’informatique et d’électronique pour les jeunes qui a maintenant 4 ans d’existence (détails dans la seconde partie de la dépêche).

Nous (c’est pas encore défini si c’est la Maison du libre, les Fabriques du ponant et /ou le Patronage laïque Guérin) avons avec cet appel à projet l’envie d’étendre ce travail sur d’autres territoires bretons. Cela sera aussi pour nous l’occasion d’approfondir notre « club » avec des ouvertures le mercredi, et pendant les vacances scolaires.

Donc pour pouvoir étendre ce travail auprès des jeunes, nous recherchons des partenaires en Bretagne.

Quatre ans d'activité du club d’informatique et d’électronique pour les jeunes

C’est un refuge pour tous les jeunes geeks qui peuvent être un peu en décalage du fait de leur passion, avec leur cercle social, mais c’est aussi un moyen d’expliquer ce qu’est le libre dans son ensemble. Le type d’activité que nous avons développé c’est installation GNU/linux, découverte du bash et des scripts, apprentissage de vi, initiation à l’électronique, création de robot, développement d’un jeu vidéo sur téléphone portable, TCP/IP, serveur apache, blender, etc. Bref que du libre.

Avec ces jeunes nous avons aussi organisé un stage de découverte électro-multimedia dans une structure de quartier (le patronage laïque). Nos petits hackers ont animé pendant une semaine des initiations autour de l’Arduino, Blender, screencast (pour pouvoir créer sa chaine YouTube) et GIMP (retouche photo).

Toujours avec le patronage laïque Guérin, nous avons organisé un camp geek où les jeunes de la structure ont pu vivre leur passion de SF, fantastique, jeux vidéo et un peu d’électronique. Et enfin, le patronage laïque a aussi lancé une activité autour de Minecraft où le patron se sert de ce jeu vidéo de création de monde virtuel pour travailler sur le vivre ensemble.

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Catégories: Nouvelles du Libre

AFUP Lyon - 10 avril : conférence sur MySQL

Linuxfr - lun, 07/04/2014 - 12:41

L'antenne lyonnaise de l'AFUP (Association Française des Utilisateurs de PHP) organise le 10 avril prochain une conférence sur le SGBD MySQL. Celle-ci sera animée par Olivier Zemrag, consultant MySQL chez Oracle.

La présentation abordera donc différentes thématiques, dont :

  • comment retrouver des infos rapidement en cas d’erreur ;
  • la configuration de MySQL ;
  • des conseils au niveau de l’indexation ;
  • des exemples d’utilisation de la base performance_schema.

La conférence aura lieu dans le grand amphithéâtre d’Epitech Lyon, au 86 boulevard Marius Vivier-Merle 69003 Lyon, à 18h30 le 10 avril 2014.

Les inscriptions à cette conférence gratuite se font sur cette page.

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Catégories: Nouvelles du Libre

Création de l'association Open Food Facts et assemblée constitutive au NUMA à Paris le 11 avril 2014

Linuxfr - lun, 07/04/2014 - 07:54

Open Food Facts a débuté il y a maintenant 2 ans, le temps passe vite ! Jusqu'à présent tous les efforts ont porté sur le fond plutôt que sur la forme : le projet se développe bien, la base de produits grandit et s'internationalise, mais il n'existe pas encore de structure juridique dédiée à Open Food Facts (le projet est pour l'instant "abrité" par l'entreprise unipersonnelle du fondateur dont l'activité principale est l'édition du site Recettes de Cuisine).

Le projet Open Food Facts est collaboratif et à but non lucratif, créer une association 1901 pour le porter est donc tout indiqué.

Pourquoi une association ?

Cette association permettra de ré-affirmer le caractère non-lucratif du projet, de permettre à plus de personnes de s'impliquer dans plus d'aspects du projet, et de rendre possible l'obtention de ressources pour développer plus d'activités.

Préparation de la création de l'association et assemblée constitutive

La création de l'association est en cours de préparation sur le wiki d'Open Food Facts. L'association sera effectivement créée à la suite de l'assemblée constitutive qui aura lieu au NUMA le soir du vendredi 11 avril 2014. Beaucoup de contributeurs et de participants au projet n'étant pas parisiens, il sera possible d'utiliser Internet pour s'inscrire sur la liste des membres, se présenter au conseil d'administration, et voter pour l'élection du conseil d'administration.

Statuts de l'association

Un projet de statuts est en ligne sur le wiki, que vous pouvez commenter sur la page de discussion associée.

Inscription sur la liste des membres

Si vous avez envie de rejoindre l'association (ce n'est pas obligatoire pour contribuer au projet, mais tous les participants sont encouragés à adhérer, en particulier si elles et ils souhaitent s'impliquer au delà du simple ajout de produits), vous pouvez vous inscrire sur la liste des membres.

Candidatures pour le conseil d'administration

Si vous souhaitez vous impliquer dans la gestion quotidienne de l'association, vous pouvez présenter votre candidature au conseil d'administration. Les candidatures sont ouvertes jusqu'au 30 mars 2014.

À voir également : le calendrier et les modalités de l'élection du conseil d'administration.

Nous espérons que vous serez nombreuses et nombreux à rejoindre l'association, et que nous aurons le plaisir d'échanger avec celles et ceux d'entre vous qui habitent en région parisienne lors de l'assemblée constitutive au NUMA. Cette soirée sera également l'occasion de vous présenter les projets en cours et à venir, et à vous inviter à y participer et à en lancer d'autres.

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Catégories: Nouvelles du Libre

Ubuntu One s'arrête le 1er juin

Toolinux - lun, 07/04/2014 - 06:40

Le service cloud d'Ubuntu arrête les frais. A partir du premier juin, vous devrez avoir trouvé d'autres latitudes.

- Logiciels
Catégories: Nouvelles du Libre

A. Fauveau (AgoraCMS) : "La quête du CMS universel est similaire à celle du meilleur langage de programmation"

Toolinux - lun, 07/04/2014 - 04:03

La planète CMS tourne à plein régime et, par les temps qui courent, "les développeurs Drupal sont très recherchés", nous a confié Armel Fauveau (Globalis). Membre du comité de pilotage d'AgoraCMS 2014, il a accepté de répondre à nos questions, à trois semaines de l'événement.

- Interviews / ,
Catégories: Nouvelles du Libre

Le client léger Linux d'IGEL sur... une clé USB

Toolinux - dim, 06/04/2014 - 23:37

Le logiciel client léger IGEL Universal Desktop Converter 2 (UDC2) peut désormais être installé sur n'importe quel ordinateur portable compatible x86.

- Matériels
Catégories: Nouvelles du Libre

Scilab : deux nouveaux livres en chantier sur Scilab

Toolinux - dim, 06/04/2014 - 23:30

Les éditions D-BookeR viennent de faire paraître deux nouveaux ouvrages en version bêta : Xcos et le traitement du signal.

- Livres
Catégories: Nouvelles du Libre

On installe Linux à Marseille le 26 avril

Toolinux - dim, 06/04/2014 - 23:30

Une association, le CercLL, vous annonce une install party GNU/Linux, le samedi 26 avril prochain à Marseille.

- Evénements et séminaires
Catégories: Nouvelles du Libre

HandyLinux 1.4.2 parle aussi anglais, désormais

Toolinux - dim, 06/04/2014 - 23:25

Jean-Marie Josselin nous annonce la disponibilité, depuis quelques jours, de la distribution HandyLinux nouvelle, en français et en anglais.

- Logiciels
Catégories: Nouvelles du Libre

Les terminaux mobiles en voie de dépasser l'ordinateur d'ici fin 2015

Toolinux - dim, 06/04/2014 - 23:24

D'ici fin 2015, tablettes et mobiles concentreront 50% des budgets de liens sponsorisés chez Google.

- Revue de presse
Catégories: Nouvelles du Libre

Le « fingerprinting » permet de tourner la page du cookie

Toolinux - dim, 06/04/2014 - 23:10

Après l'affaire PRISM de l'été 2013 et la joute entre Google et la CNIL (Commission Nationale Informatique et Liberté) en France, la collecte et l'utilisation de données digitales personnelles ou anonymes sont des sujets qui suscitent des interrogations légitimes chez les consommateurs dans tous les pays. Pour les cookies, les temps sont durs. Ces fichiers s'apparentent à des logiciels espions installés directement dans les navigateurs et permettent à un annonceur, à l'éditeur d'un site internet ou bien à un prestataire publicitaire d'identifier de façon anonyme un internaute et de construire un profil plus ou moins détaillé de ce dernier sur la base des informations collectées.

- Revue de presse
Catégories: Nouvelles du Libre

Thème cloud computing / infonuagique

Linuxfr - dim, 06/04/2014 - 22:46

Cette année le thème Cloud Libre du salon Solutions Linux, Libres et Open Source (20 & 21 mai 2014 - CNIT - Paris La Défense) va s'orienter vers les déploiements effectifs de projets de l'IaaS au PaaS en passant par l'orchestration. Retours d'expériences, solutions émergentes, quelles sont les différentes technologies pour monter et industrialiser ses déploiements et la gestion de son infrastructure ?

Le thème comprend une table ronde du IaaS au PaaS : un écosystème de solutions libres ! et sept conférences spécifiques (mots-clés cloud ouvert, Prism, ownCloud, dpdk.org, Solum, OpenStack, Shinken, Hadoop) détaillées en seconde partie de dépêche.

Sommaire

13h00-14h00 : table ronde du IaaS au PaaS : un écosystème de solutions libres !

Lors de cette table ronde nous ferons un tour d'horizon des différents projets qui permettent de passer du IaaS au PaaS. Nous nous interrogerons notamment sur l’interopérabilité entre les outils, le rôle l’existence de standards et la possibilité de piloter des projets multi-environnements.

Intervenants :
  • Christophe SAUTHIER, CEO, Objectif Libre
  • Hervé LERCLERC, Directeur Technique, Alter Way
  • Michel-Marie MAUDET, Directeur Général, Linagora
  • Frédéric AATZ, Responsable de Stratégie Interopérabilité et Open Source et Marc GARDETTE, Senior Business Dev Manager, Microsoft

Animateur : Jonathan LE LOUS, meneur de pratique Cloud conputing, Savoir-faire Linux

Conférences spécifiques
  • 14h10-14h40 : Pourquoi et comment un Cloud Ouvert, par Jean-Pierre LAISNE, CEO, CompatibleOne
  • 14h45-15h25 : Living in a Cloudy Post-Prism World – the User Data Manifesto, par Frank KARLITSCHEK, ownCloud project Creator & owncloud.com, CEO, ownCloud
  • 15h30-16h10 : Indicateurs de haut niveau et supervision niveau métier : nouveaux défis de la supervision à l’ère du cloud, par Rodrigue CHAKODE, Ingénieur R&D, SysFera et RealOpInsight Labs
  • 16h15-16h55 : dpdk.org- le cœur de la performance réseau sur les systèmes virtualisés, par Vincent JARDIN, CTO 6WIND
  • 17h00-17h40 : Solum : le PaaS arrive dans OpenStack, par Julien VEY, DevOps, Numergy
  • 17h45-18h25 : La supervision dans les nuages avec OpenStack et Shinken, par Thibault COHEN, Leader de pratique supervision, Savoir-faire Linux
  • 18h30-19h00: Hadoop as Service, OpenStack + Hadoop, par Charly CLAIRMONT, CTO, ALTIC

Résumé des interventions :

  • 14h10-14h40 : Pourquoi et comment un Cloud Ouvert, par Jean-Pierre LAISNE, CEO, CompatibleOne
    Clouds hybrides, fédérations de cloud, places de marché, bourse de services cloud, tous ces termes se recouvrent une même réalité. Dans les faits ils décrivent les différentes formes plus ou moins complexes d'évolution possible des architectures cloud. Lors de cette présentation, nous nous proposons d'exposer les points communs et les relations qui peuvent être établies entre ces différentes architectures. Grâce à des cas d'usage et des retours d'expérience, nous étudierons en particulier les standards ouverts et les logiciels libres permettant de gérer la complexité de ces nouvelles architectures massivement distribuées.

  • 14h45-15h25 : Living in a Cloudy Post-Prism World – the User Data Manifesto, par Frank KARLITSCHEK, ownCloud project Creator & owncloud.com, CEO, ownCloud
    In this session Frank Karlitschek, founder of the ownCloud project and creator of the User Data Manifesto, will discuss steps individuals and businesses can take to protect their own data – as well as the responsibility we share to assure our own privacy and data protection.
    People have become increasingly worried about the privacy of their information, revelations have surfaced that the NSA – and other state-controlled agencies (and businesses and black hatters?) – are spying on businesses and individuals. Karlitschek founded the ownCloud project and more recently created and began publicly discussing the User Data Manifesto, defining basic rights for people to control their own data in the internet age.

  • 15h30-16h10 : Indicateurs de haut niveau et supervision niveau métier : nouveaux défis de la supervision à l’ère du cloud, par Rodrigue CHAKODE, Ingénieur R&D, SysFera et RealOpInsight Labs
    Le but de cet exposé sera de présenter les enjeux et les nouvelles problématiques de la supervision des environnements IT actuels. Notamment dans un contexte où la vision cloud, de plus en plus présente, impose aux responsables de supervision de passer outre les indicateurs de bas niveau pour s’intéresser davantage à la qualité de service fournie aux utilisateurs finaux ainsi qu’aux applications tierces.

  • 16h15-16h55 : dpdk.org- le cœur de la performance réseau sur les systèmes virtualisés, par Vincent JARDIN, CTO 6WIND
    La communauté dpdk.org a été lancée l'année dernière par 6WIND afin de soutenir les projets nécessitant du traitement de paquet à très haut débit (200Mpps, 200Gbps) en environnement cloud pour les solutions NFV.
    Cette communauté est devenue très active en quelques mois.
    Plusieurs projets open source (Openvswitch, rump) et sociétés spécialisées dans les télécoms (Cisco, vmware, NEC, etc.) utilisent maintenant les librte de dpdk.org afin de booster leurs performances. Elles contribuent sur dpdk.org.

  • 17h00-17h40 : Solum : le PaaS arrive dans OpenStack, par Julien VEY, DevOps, Numergy
    Solum, L’un des projets d'Openstack en phase de prototypage dite “StackForge”, peut se décrire ainsi: “Transformer le code en une application managée tournant sur OpenStack en un clic de bouton”. Il s’agit bel et bien d’une solution de PaaS (Platform-as-a-Service). Solum tire partie des dernières solutions technologiques en matière de PaaS, avec notamment le projet Docker, utilisé au coeur de la plateforme. Partant d’une nouvelle base de code, sans historique à gérer, comme cela peut être le cas pour des solutions concurrentes telles que OpenShift ou CloundFoundry, Solum avance vite, poussé par des acteurs tels que RedHat ou Rackspace et l’essor de la communauté OpenStack.
    Dans cette présentation, nous détaillerons les aspects techniques du projet Solum, les composants OpenStack dont il tire partie, l’intégration de Docker… Nous présenterons également les différentes roadmaps du projet, quels langages vont être supportés, quel est l’horizon de sortie…

  • 17h45-18h25 : La supervision dans les nuages avec OpenStack et Shinken, par Thibault COHEN, Leader de pratique supervision, Savoir-faire Linux
    Nous commencerons cette conférence par une courte présentation d'OpenStack et de Shinken. Ensuite nous montrerons les possibilités d'ingrégration de ces deux solutions. Pour finir, nous exposerons quelques exemples de supervision de différentes couches de la solution OpenStack: que ce soit au niveau du service final, des applications de gestion de la plateforme OpenStack, des systèmes d'exploitation, ou du matériel.

  • 18h30-19h00: Hadoop as Service, OpenStack + Hadoop, par Charly CLAIRMONT, CTO, ALTIC
    Il existe de nombreuse questions sur le caractère prête à l'emploi du Big Data. Beaucoup d'interrogation quant à la manière de monter des architectures, ou à la souplesse d'étendre son cluster à mesure de ses besoins.
    Un projet open source c'est proposé de résoudre cette problématique d'"Hadoop élastique". Il s'agit du projet Savana, qui s'incrit comme un plugin pour OpenStack et qui permet aux organisation de bénéficier tant de la puissance de calcul d'Hadoop que de la flexibilité que peut délivrer OpenStack.
    Dans cette présentation, il s'agit de montrer à tous à quel point il est simple grâce à Savana d'avoir du "Hadoop à la demande". Après une brêve introduction et avoir détaillé les principaux composants du projet, une légère démonstration pour conclure.

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Catégories: Nouvelles du Libre

Sortie d’IPython en version 2.0

Linuxfr - dim, 06/04/2014 - 13:56

IPython est une console alternative principalement tournée vers l’exploration interactive des données. Comme tous les 6 mois maintenant (avec 3 mois de retard), la nouvelle version est publiée. Je vous invite à aller lire les dépêches précédentes si vous ne connaissez pas IPython.

Au‐delà d’une simple console Python, elle est aussi agnostique au niveau du langage en offrant une console Qt, un notebook Web (interface Web riche) et l’architecture pour y écrire dans son dialecte préféré.

Pour rappel, IPython 2.0 est la seconde des quatre versions qui seront publiées sur les fonds donnés par la fondation Sloan sur une durée de deux ans. Je vais ici vous présenter quelques nouveautés qui ont été développées lors des 9 derniers mois et vous donner un avant‐goût de ce qui est prévu pour le mois à venir.

Merci aux participants qui m’ont aidé à rédiger cette dépêche, corrigeant les fautes d’orthographe et les anglicismes.

Sommaire

Une fois n'est pas coutume, les notes de version sont disponibles sur le site web d’IPython, mais cette fois-ci la documentation officielle s'étoffe et utilise IPython Notebook viewer pour afficher les répertoires d'exemples. Ces notes sont plus complètes que la présente dépêche, mais on notera tout de même (cf. plus loin) que les Notebooks exportés en HTML avec nbconvert ou Nbviewer n'affichent pas les widgets et nécessitent d'être exécutés en local avec la nouvelle version.

En deux mots

Cette version de IPython a perdu son statut de rc le 2 avril (pour éviter un poisson), après plus de 8 mois de travail. On notera l'obligation d'utiliser Python 2.7 ou ≥ 3.3 (on s'excuse pour les gens encore sous 2.6 et 3.2), mais cela a permis l'unification du code source qui fonctionne indifféremment sur les deux versions majeures de l'interpréteur, sans avoir recours à des outils tels que 2to3.

Les grandes nouveautés sont toutes pour le Notebook :

  • Widget interactif javascript ;
  • navigation du disque dur ;
  • URL persistante ;
  • Interface modale ;
  • augmentation de la sécurité.

En chiffres, ou plutôt en nombres (arrondis à chaque fois) :

  • 8 mois de travail ;
  • 650 demandes d'intégrations pour 4000 modifications ;
  • 400 bogues fermés ;
  • 100 contributeurs (merci à eux !).
Ce que vous devez savoir Interface modale

Les raccourcis clavier de l'interface du Notebook ont complètement changé. Les premières interactions avec le Notebook risqueront d'être bien difficiles (comparez à la première fois où vous avez utilisé Vim). Du fait des limitations des navigateurs web, ce changement était nécessaire, et implique quelques heures d'ajustement pour les utilisateurs déjà habitués aux raccourcis clavier. Allez faire un tour dans le menu d'aide si vous êtes perdu.

Tout comme beaucoup d'éditeurs modaux, vous pouvez vous trouver entre deux états, soit vous éditez une cellule et le clavier se comporte comme dans n'importe quel éditeur de texte classique (edit mode, utilisez Enter pour y accéder), ou en mode commande (Esc) les touches du clavier sont alors assignées à des actions, comme x pour couper, j pour sélectionner la cellule suivante… une introduction est bien sûr disponible pour les anglophones, lecture vivement conseillée, et sauvegarde préalable de vos .ipynb aussi.

Sécurité

Au sein de l'équipe de développement d’IPython, le Notebook tel que présent dans la 1.0 est comparé au bouton qui déclenche une bombe atomique enveloppée dans un joli bonbon qu'on tendrait à un nourrisson. Les capacités de destruction et de mauvaise utilisation sont particulièrement importantes. C'est pourquoi un modèle de sécurité a été adopté. À partir de maintenant, chaque Notebook est signé numériquement avec une clé privée générée au premier lancement, et tout chargement d'un Notebook dont la signature n'est pas valide désactive un grand nombre de fonctionnalités. En pratique, cela signifie que si M. ou Mme Michu™ vous envoient un Notebook, au chargement de celui-ci, vous ne pourrez voir que les jolis HTML et JavaScript qui affichent des chiots animés. Vous devrez ré-exécuter le Notebook dans son intégralité, ou explicitement lui faire confiance.

Cela ne signifie bien sûr pas que la sécurité est infaillible, on appréciera aussi tout retour d'expérience de personnes plus compétentes au niveau cryptographie. On notera que le système est à priori extensible, donc oui, utilisateur motivé de LinuxFr.org, tu devrais pouvoir écrire une extension qui utilise GPG.

Le Beau et Brillant Navigation du disque dur

Le schéma URL est maintenant REST, et persistant ! Vous n'avez plus besoin que de lancer un seul notebook server pour parcourir tout votre disque dur ! Même si on évite de servir des fichiers qui sont dans ~/.ssh, ne lancez pas le serveur n'importe où dans votre arborescence !

Vous pouvez aussi maintenant utiliser la fonction marque-page de votre butineur pour retrouver rapidement tous vos Notebooks.

Les widgets javascript

C'est beau, ça bouge, ça se manipule à la souris et c'est simple à utiliser, mais ça reste encore à peaufiner. Il vous suffit d'un simple décorateur sur une fonction pour que les paramètres de celle-ci soient accessibles avec de jolis éléments de GUI et au moindre changement le résultat se met à jour. Un peu comme ce bel exemple de Jake Van Der Plas.

Sous le capot c'est un protocole qui décrit une synchronisation, et ne suppose pas l'utilisation de JavaScript. Sachant qu’un greffon pour Emacs permet déjà de se connecter au Notebook, rien ne vous empêche de réaliser les widgets pour Emacs en utilisant lisp. Ceci devrait aussi permettre aux autres langages de réutiliser les mêmes widgets. Pour les impatients, vous trouverez une vidéo de B. Granger lors de PyData 2014, avec une démonstration des widgets (la vidéo démarre à la 34 ème minute).

Avec l'implémentation actuelle, la création de widget et leur affichage nécessite un noyau actif. De ce fait, l'export de Notebook en HTML ne conserve pas les widgets. Nbviewer utilisant l'export en HTML, vous ne verrez donc pas de widgets à moins de télécharger le Notebook qui vous intéresse et de l'exécuter en local (on travaille dessus).

La suite Multi-language

Pour ceux qui n'auraient pas suivi, ou qui liraient en diagonal, IPython permet d'écrire en utilisant un autre langage que Python, vous pouvez probablement écrire en quelques lignes un noyau Evenja, en plus des nombreux noyaux déjà existants, l'un des soucis étant qu'il faut démarrer autant de serveurs que de langages demandés. La version 3.0 devrait commencer à remédier à ce problème en proposant de choisir parmi les noyaux installés lors de l'ouverture d'un Notebook.

Multi-utilisateur

On ne parle pas encore de collaboration en direct, mais de la possibilité de démarrer un seul serveur pour de multiples utilisateurs dans un premier temps. Le but initial ne sera pas de permettre un déploiement pour des centaines d'utilisateurs simultanés, mais plus de l'ordre de grandeur d'un petit laboratoire de recherche, ou dans le cadre d'un enseignant utilisant le Notebook pour ses élèves. Cette fonction ne sera probablement pas complète pour la version 3.0 (été 2014), mais devrait, on l'espère, être utilisable pour 4.0 (hiver 2014).

Le reste Les réunions

Tous les jeudis, en direct sur youtube/Google Hangout vers 19h, réunion technique sur l'avancement du projet et le futur. Si vous voulez parler avec nous de votre projet d'amélioration, demandez une invitation.

Un mardi par mois, à 19h aussi, venez poser vos questions, on fera de notre mieux pour vous aider à faire ce que vous voulez avec IPython (en anglais, of course).

Nbviewer

Nbviewer a été déplacé de Heroku à Rackspace qui nous offre une réduction sur le prix des serveurs non négligeable, et Kyle Kelley s'occupe du déploiement ; si vous le croisez, lui ou Jesse Noller, remerciez-les !

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Catégories: Nouvelles du Libre

Blender annonce le projet Gooseberry de campagne de dons pour film libre

Linuxfr - ven, 04/04/2014 - 21:30

La Fondation Blender nous avait promis quelque chose de gros lorsqu'elle avait annoncé en 2011 son prochain projet de film libre, le projet Gooseberry. Aujourd'hui les ambitions se concrétisent et la fondation a mis en place une campagne de dons pour financer le projet.

Rétrospective

Depuis 2005, la Fondation Blender, organisation néerlandaise à but non lucratif développant le logiciel de modélisation 3D Blender, réalise et publie des films d'animation libres. Ces films ont pour but de faire connaître le logiciel Blender, de montrer ses possibilités, et d'aider à l'améliorer en ciblant plus précisément les attentes des infographistes.

Aujourd'hui, tous ces films partagent les caractéristiques suivantes :

  • ce sont des courts métrages, d'environ 10 à 15 minutes
  • ils sont sous licence libre CC BY
  • ils ont été réalisés avec Blender
  • ils ont été réalisés principalement avec des logiciels libres (ou uniquement avec des logiciels libres, si on exclut la partie audio)
  • les sources sont disponibles, sous licence libre si on exclut la partie audio
  • le nom de code du projet est toujours un nom de fruit, dont on voit une ou plusieurs représentations dans le film

Jusqu'à maintenant, quatre Open Movie Projects ont été réalisés :

  • Elephants Dream, ou projet Orange , annoncé en septembre 2005, publié en mars 2006 sous CC BY 2.5. Il dure 10min54 et a nécessité un budget de 120 000€.
  • Big Buck Bunny, ou projet Peach , annoncé en septembre 2007, publié en avril 2008 sous CC BY 3.0. Il dure 9min56 et a nécessité un budget de 150 000€.
  • Sintel, ou projet Durian , annoncé en mai 2009, publié en septembre 2010 sous CC BY 3.0. Il dure 14min48 et a nécessité un budget de 400 000€.
  • Tears of Steel, ou projet Mango , annoncé en octobre 2011, publié en septembre 2012 sous CC BY 3.0. Il dure 12min14 et a nécessité un budget de 300 000€.

À noter qu’un autre court-métrage libre a été publié en 2013 par la Fondation Blender, Gran dillama. Plus confidentiel, il est la suite du court-métrage LLama drama réalisé par ailleurs et qui n’est pas un Open Movie Project officiel.

Le projet Gooseberry

Le 10 janvier 2011, le cinquième Open Movie Project, le projet Gooseberry, a été annoncé. Il s'agira d'un long métrage qui devrait sortir en novembre 2015 sous licence CC BY 4.0.

La Blender Foundation place désormais la barre très haut : le film devrait durer aux alentours de 90 minutes, et sa réalisation nécessitera le travail à temps plein de 60 à 80 personnes, impliquera 12 studios de différents pays, et aura un budget minimal de 3,5 millions d'euros ! Cerise sur le gâteau, Ton Roosendaal, président de la Blender Foundation, compte pousser l'utilisation d'outils libres pour la réalisation de la partie audio du film, ce qui pourrait faire de ce film le premier Open Movie réalisé entièrement avec des logiciels libres !

Un scénario est déjà prêt : le film devrait être une comédie narrant les mésaventures de Michel le mouton.

Campagne de dons

Pour mener à bout ce projet ambitieux, la Fondation Blender fait appel à l'aide financière de la communauté. Le 9 mars 2014, une campagne de dons a été lancée, avec pour objectif de récolter 500 000 € et 10 000 souscriptions de « supporters » (personnes prêtes à donner 10 € par mois pendant les 18 mois de réalisation du film).

Les dons vont de 20 € à 2500 € et chaque option donne droit à un « cadeau » différent : une réduction de 20 € sur l'achat d'une copie physique du film, une mention plus ou moins voyante au générique de fin, et un accès au « Blender Cloud », plateforme mise en place par la Blender Foundation spécialement pour l'occasion. Le supporter du projet Gooseberry y trouvera une archive de tutoriels, de cours, de vidéos, d'artworks, de modèles 3D, enrichie au fur et à mesure de l'avancement du projet. Ces ressources seront d'abord disponibles sous CC BY-NC-SA 4.0, puis libérées sous CC BY 4.0 lors de la sortie du film.

La communauté pourra aussi avoir un aperçu de l'avancée du travail sur les blogs des équipes du projet, qui seront publiés sous CC BY et mis à jour régulièrement (le blog officiel du projet Gooseberry est déjà très actif).

Les 500 000 € récoltés via la campagne de don s'ajouteront aux fonds de la fondation Blender et à l'argent des sponsors pour permettre la réalisation du film. 70 % de l'argent sera consacré à la partie purement artistique du projet, 10 % servira à couvrir les frais divers et 20 % iront dans le développement logiciel.

Il est possible que la communauté soit invitée à participer un peu sur la partie artistique, comme ce fut le cas pour Sintel.

Et pour ceux qui ne savent pas ce qu'est une gooseberry c'est ça :

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Catégories: Nouvelles du Libre

Apéro Python à Lyon le mercredi 23 avril

Linuxfr - ven, 04/04/2014 - 20:48

Un apéro Python aura lieu à Lyon le mercredi 23 avril à partir de 20h à l'Antre Autre (11 rue Terme, Lyon 1er). Un AFPyro est un moment convivial où les Pythonistes peuvent échanger librement autour d’un verre ou d’une assiette.

Une présentation sur WTForms sera faite. WTForms est une bibliothèque permettant de faciliter la gestion des formulaires dans une application web.

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Catégories: Nouvelles du Libre

Emmabuntüs en lice aux Bobs 2014 : soutenez-les !

Toolinux - ven, 04/04/2014 - 18:20

Emmabuntüs a été sélectionné pour la finale des Bobs ! Ce concours est organisé par la radio-télévision internationale allemande depuis 10 ans et récompense les meilleurs projets de cyber-activisme.

- Communauté
Catégories: Nouvelles du Libre

Oracle annonce Oracle NoSQL Database 3.0

Toolinux - ven, 04/04/2014 - 18:16

Oracle NoSQL Database 3.0 est la dernière version de la base de donnes distribuée d'Oracle. Objectifs : "disponibilité maximale pour les charges en temps réel adaptées au dimensionnement du Web."

- Logiciels
Catégories: Nouvelles du Libre

Bonitasoft rejoint la Fondation Eclipse

Toolinux - ven, 04/04/2014 - 18:09

Bonitasoft rejoint la Fondation Eclipse, communauté Open Source dédiée à la mise en place d'écosystèmes de développements, de produits et de services.

- Services
Catégories: Nouvelles du Libre

Syndiquer le contenu